Global Health Summit 2008

Main Contents
Follow-Up Meeting in Tokyo

organizer
supporter
  • Ministry of Foreign Affairs
  • Ministry of Health, Labour and Welfare
  • Ministry of Finance

Media

Text Size:+-
 
Newspaper
  • The Nihon Keizai Shimbun

    March 11th 2008,
    Morning Edition, page 29
    Keizai Kyoshitsu

    Japan should demonstrate leadership in global health

    English

  • The Japan Times

    February 24th 2008, page 2

    World Bank asks Japan to double medical ODA

  • The Japan Times

    February 18th 2008, page 2

    Experts push global health initiatives for G8 summit
    >>Online version

  • The Asahi Shimbun

    February 11th 2008, Morning Edition, page 4
    Opinion column "Today’s Topic"

    Global Health Summit to convene on February 16th (Sat)

TV
zoom

The Nihon Keizai Shimbun
March 11th 2008,
Morning Edition, page 29
Keizai Kyoshitsu

zoom

 

English

 

Le rôle du Japon dans la lutte mondiale pour la santé

Kurokawa Kiyoshi, Masaakira James Kondô

Kurokawa Kiyoshi

Docteur en médecine de l’Université de Tôkyô. A enseigné à la faculté de médecine de l’Université de Californie de Los Angeles, à l’Université de Tôkyô et à l’Université Tôkai. Aujourd’hui commissaire à l’Organisation mondiale de la santé, professeur à l’École nationale des hautes études en sciences politiques, président de l’Institut japonais pour la politique sanitaire et conseiller spécial auprès du cabinet.

Masaakira James Kondô

Titulaire d’une maîtrise de gestion des entreprises de l’Université Harvard. Est entré chez McKinsey & Company et a été consultant au McKinsey Global Institute. Aujourd’hui maître de conférences à l’Université de Tôkyô et vice-président de l’Institut japonais pour la politique sanitaire.

Titulaire d’une maîtrise de gestion des entreprises de l’Université Harvard. Est entré chez McKinsey & Company et a été consultant au McKinsey Global Institute. Aujourd’hui maître de conférences à l’Université de Tôkyô et vice-président de l’Institut japonais pour la politique sanitaire.

Les appels du Japon à l’engagement de la communauté internationale

La progression des pays en développement, notamment dans le domaine sanitaire, constituera – de concert avec les mesures à prendre pour faire face au ralentissement mondial de l’activité économique et au changement climatique – l’une des grandes questions du sommet de Hokkaidô Tôyako du Groupe des Huit, que le Japon accueillera au mois de juillet. Ce thème sera également à l’ordre du jour de la Quatrième conférence internationale de Tôkyô sur le développement de l’Afrique, qui se réunira en mai à Yokohama.

On estime à 6 millions par an le nombre des décès dus aux trois principales maladies infectieuses – sida, paludisme et tuberculose –, ce qui veut dire qu’une personne en meurt toutes les cinq secondes. Pour ce qui est des soins aux mères et aux enfants, les complications liées à la grossesse et à l’accouchement tuent chaque année un demi-million de femmes, et plus de 11 millions d’enfants de moins de 5 ans décèdent tous les ans. Les pays en développement sont les plus durement frappés, notamment les plus pauvres de l’Afrique subsaharienne, où les conditions de vie sont extrêmement dures. Il existe une disparité criante entre les pays développés et les pays en développement, avec un taux de mortalité infantile 50 fois plus élevé dans les nations les plus pauvres qu’au Japon, le chiffre passant à 200 pour le taux de mortalité maternelle (voir le tableau ci-contre).

La lutte mondiale pour la santé vise à mettre un terme à la surmortalité due à des maladies curables observée dans les pays en développement, à utiliser ce combat pour faire régresser la pauvreté et, en fin de compte, à contribuer au renforcement de la sécurité et de la paix dans le monde.

1 2 3 4 Next>>